Edito

Pour cette 5e édition de la Fabrique de l’Info, nous, les étudiants en master 2 de l’Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine, nous sommes emparés des problèmes de la censure, l’autocensure et la manipulation, vaste sujet au menu de la 3e édition des Tribunes de la Presse. Du 17 au 19 octobre, elle se déroulait à l’IJBA et au TNBA de Bordeaux. La manifestation était organisée par le Courrier International, au moment où sa rédaction était en grève pour protester contre un plan de licenciements initié par la direction. Malgré les difficultés internes, ses journalistes étaient présents pour animer ces débats, ateliers...

Lire la suite...

Mediapart : l’indépendance à tout prix

 

 

Fabrice Arfi s'est posé en défenseur du modèle Mediapart (Crédit : Damien Renoulet)
Bettencourt, Karachi, Cahuzac … Trois grandes affaires d’Etat qui ont fait de Mediapart un site de référence dans l’enquête et l’investigation. Un succès qui s’explique par la combinaison d’un modèle économique et éditorial audacieux. Decryptage avec Fabrice Arfi.

 

"Il faut sortir de cette logique de flux qui crée une amnésie médiatique". Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart depuis 2008 et à l'origine des révélations de l'affaire Cahuzac dresse un constat sans équivoque sur sa profession. Comme Arrêts sur Images ou encore XXI, Mediapart marque le retour d'un journalisme au long cours, "qui prend le temps de travailler", à l'inverse du buzz, de l'info-spectacle.

Contre les annonceurs

Fabrice Arfi, c’est d’abord une gouaille. La barbe saillante, l’esprit taillé à vif, le verbe facile, il distille la recette qui fait la renommée du site. Mais au fond, existe-t-il une recette sauce Mediapart ? "Non, balaye-t-il d’un revers de main. On fait du journalisme, on relaye l'information."

Pourtant, Mediapart se distingue dans la sphère des pure-players. L'adéquation d'un modèle économique tout payant et d'un contenu éditorial spécifique en font un véritable objet journalistique. La pierre angulaire du système Médiapart ? Une indépendance éditoriale garantie par le refus de toute publicité : "La gratuité, c'est un leurre, souligne Fabrice Arfi. Le lecteur doit comprendre que l'information a un coût et notre indépendance a donc un prix. Nous répondons aux attentes de nos lecteurs et non à celles des puissances économiques".

Par un discours rôdé, l’homme s'attaque avec véhémence aux propriétaires des grands titres nationaux : fabricants d'armes, de téléphonie, pros du BTP… "Aujourd'hui, les médias français sont aux mains de groupes industriels dont le cœur d'activité n'est pas la fabrique de l'information. Le chiffre d’affaires de ces gens dépend en partie d’une bonne relation avec l’Etat. Comment voulez-vous que les journalistes traitent de sujets où leurs actionnaires sont en cause directement ?" s'interroge-t-il. Qu'on se rassure, à Mediapart, le dogme, c'est encore et toujours l'indépendance. Et ce pari, jugé risqué au départ, fonctionne. Les chiffres le confirment : des abonnement en hausse (près de 80 000 aujourd'hui, 65 000 avant l'affaire Cahuzac), et un site à l'équilibre financier depuis 2010 (700 000€ de bénéfices en 2012). Dans le secteur de la presse, beaucoup aimerait en dire autant.

"Course au scoop ? Et alors ?"

Avec ces affaires d’Etat qui jalonnent son histoire encore jeune et qui ont boosté ses abonnements, il est aisé d'envisager que le scoop se transforme en argument marketing de choix pour l'équipe rédactionnelle. "Mediapart fait une course aux scoops. Il faut bien alimenter la machine. Cela pousse à une certaine précipitation", estime Nicolas Beau, fondateur et ancien directeur de Bakchich. Scoop, un mot qui semble hérisser Fabrice Arfi : "Scoop, cela ne veut rien dire. La nature même du journalisme c’est de révéler des informations méconnues et qui ont du sens. Appelez ça comme vous voulez", rétorque-t-il. 

Nicolas Beau a aussi un regard critique sur la judiciarisation des enquêtes. "Les journalistes d’investigation sont trop collés aux procédures", estime-t-il. Une remarque approuvée par Magnus Falkehed, correspondant en France du quotidien suédois Dagens Nyheter : "C’est quelque chose de très français. Ici, on se repose beaucoup sur le travail des juges. C’est très dommageable." Peu importe cette proximité, Fabrice Arfi se place au-dessus de la mêlée. Sortir des informations que le lecteur ignore, afin qu'il s'enrichisse, qu'il puisse ouvrir un débat et réfléchir. C'est sa conception du métier de journaliste : informer et sensibiliser l'opinion publique à ce qu'il nomme "un combat consensuel. Sinon on se contente du Journal Officiel ou de la Gazette municipale..." Fabrice Arfi descend également en flamme les discours officiels, policés et la communication, "cet ennemi du journalisme". Il n'hésitera pas à souligner, sourire en coin, le paradoxe de voir se côtoyer étudiants en communication avec des étudiants en journalisme.

https://soundcloud.com/la-fabrique-de-linfo/avancer-des-faits-avant-de

"Considéré comme un danger pour le journalisme"
Par sa liberté de ton, Mediapart peut se permettre d'aller là où les autres n'osent pas s’aventurer. En 2010, au moment où les enregistrements du majordome de Liliane Bettencourt tombent entre les mains des médias, seul Mediapart décide de les publier. Au risque de se faire condamner par la justice : le site a dû retirer 70 articles relatifs à l'affaire, "une première dans l'histoire du journalisme", précise Fabrice Arfi. Une posture qui ne plaît pas à tout le monde.
Début 2013, les révélations du compte suisse de l'ex ministre du budget Jérôme Cahuzac sortent sur Mediapart. Immédiatement, le site essuie un vent de critiques. Médias et autres journalistes veulent connaître ses sources tout en obtenant des preuves. « J’ai été considéré comme un danger pour le journalisme. Pendant quatre mois, j’ai fait la tournée des plateaux TV. J’étais celui qui accuse sans preuves », se rappelle le journaliste. Ce qui l'a le plus dérangé autour de ce battage médiatique ? La réaction de ses confrères. On garde notamment en mémoire les échanges d’amabilités, par média interposé, avec Jean-Michel Apathie. Mi-décembre 2012, ce dernier avait vertement tancé Mediapart, l’accusant de « barbarie et de totalitarisme". Avant son mea culpa quelques mois plus tard : "Il faut rendre cet hommage à Mediapart d’avoir fait triompher la vérité sur le mensonge."
A son tour, Fabrice Arfi fait la critique de ses confrères. Son principal grief ? La tendance qu’ils ont à se contenter de la parole des politiques, sans enquêter. "Dans l'affaire Cahuzac, ils ont pratiqué un journalisme qui cherche sa légitimité dans les yeux de ceux qui ont déjà la puissance et les moyens de faire pression." Il peut comprendre leur prudence, en aucun cas leurs reproches infondés. "Nous avions les sources et les preuves ! Malgré cela, une partie de la profession nous accusait d’être procureurs, alors qu'ils se transformaient eux-mêmes en jurés du tribunal de l’opinion. Quand on fait notre métier correctement, on nous targue soit de faire de la politique, soit d'être moralisateurs."  https://soundcloud.com/la-fabrique-de-linfo/certains-journalismes-sont

Presse et pouvoirs

Juppé - Feltesse : l'illusion d'un duel médiatique

Maxime Fayolle et Damien Renoulet

Juppé - Feltesse : l'illusion d'un duel médiatique

  Dans cinq mois, Alain Juppé tentera de briguer un quatrième mandat consécutif à Bordeaux. Face à lui, le président de la Communauté Urbaine de Bordeaux, Vincent Feltesse, fait figure d'unique opposant dans les médias locaux. Surfant sur une vague ascendante et sondages ultra-favorables, Juppé est un insubmersible laissant présager une élection jouée d’avance. Alors, Juppé forcément ?

Lire la suite...

L’affaire Mediator : le serment hypocrite du journalisme santé

Marine Ditta, Mélanie Lelion, Alice Pozycki et Jenny Stenton

L’affaire Mediator : le serment hypocrite du journalisme santé

  En 2010, le scandale du Mediator éclate. Les journalistes épinglent les instances publiques et le laboratoire Servier. En presse écrite, dans les radios et télévisions, des journalistes santé traitent au quotidien des sujets médicaux. Pourtant, eux n’ont rien vu venir. Nous nous sommes posées la question : pourquoi?

Lire la suite...

Roi d'Espagne : la fin d'un tabou médiatique ?

Andde Irosbehere

Roi d'Espagne : la fin d'un tabou médiatique ?

     "Pas touche à la famille royale" : durant des années, les médias espagnols ont appliqué cette règle implicite relevant quasiment de l’autocensure. Aujourd’hui, le silence médiatique qui entourait la monarchie semble enfin se briser. Décryptage.

Lire la suite...

Au Maroc, une presse libre mise entre quatre murs

H. R.

Au Maroc, une presse libre mise entre quatre murs

  L'affaire Ali Anouzla secoue actuellement le Maroc, son Palais Royal, sa presse. Une presse muselée, au point qu'un journaliste se voie privé de sa liberté de parole, de sa liberté tout court. Le directeur de Lakome.com dérangeait. Il a été emprisonné, pour des raisons qui font débat.

Lire la suite...

Communication au Vatican : la voix et la manière

Ludovic Ferro et Léa Gasquet

Communication au Vatican : la voix et la manière

  Le 13 mars 2013, le monde catholique découvrait le visage de son nouveau pape, François. 7 mois et 172 tweets plus tard, les réformes se poursuivent au sein de l’Eglise, le ton est nouveau et la communication, directe. Décryptage.

Lire la suite...

Football et journalisme : les liaisons dangereuses

Ludovic Ferro et Nicolas Bach

Football et journalisme : les liaisons dangereuses

  Avènement des attachés de presse, discours uniformisés, starification et sommes colossales pour les droits télés. Les relations entre les acteurs du monde du football et ceux qui le couvrent se complexifient.

Lire la suite...

Guerre au Mali : l'information sous pression

Yoann Boffo et Jean-Yves Paillé

Guerre au Mali : l'information sous pression

  Informer sur un conflit est difficile. Lorsque l'armée engagée et les journalistes partagent la même nationalité, les obstacles se multiplient. Pressions, autocensure : le conflit malien est un cas d'école.

Lire la suite...

Journalistes tout-terrain

Couvrir la guerre en Syrie : le dilemme des rédactions

Amandine Sanial

Couvrir la guerre en Syrie : le dilemme des rédactions

  Envoyés spéciaux ou freelance, les journalistes risquent tous leur vie en Syrie. Derrière, ce sont les rédactions que l'on fustige.

Lire la suite...

Précaires Sans Frontières

Antony Milanesi et Malik Teffahi-Richard

Précaires Sans Frontières

      Près de 90 journalistes se sont exilés cette année dans le monde, mais seule une poignée parviendra à retrouver un poste dans une rédaction. Souvent perçu comme une libération, l’exil n’est en fait que le début d’un long parcours du combattant. Portraits.

Lire la suite...

Le journalisme embarqué: une histoire de point de vue?

Charles Voissier et Christina Chiron

Le journalisme embarqué: une histoire de point de vue?

   La guerre menée par l'armée française au Mali en janvier 2013 a été largement couverte par des journalistes embedded. Embarqués par des troupes armées, cette méthode suscite la controverse. Des reporters l'ayant vécu témoignent de ses limites et contraintes. Décryptage.

Lire la suite...

Droit à l'information en Iran : entre espoir et désillusion

Cyrielle Bedu

Droit à l'information en Iran : entre espoir et désillusion

    3 août 2013. Le guide suprême d'Iran approuve l'élection du nouveau président de la République islamique, Hassan Rohani. Le religieux modéré succède ainsi au très controversé Mahmoud Ahmadinejad, qui a fait de l'Iran une des premières prison au monde pour les journalistes.

Lire la suite...

Les défis du journalisme

Journaliste tunisien : l'heure de tourner la page

Florence Giroux et Xavier Martinage

Journaliste tunisien : l'heure de tourner la page

  La critique ? Absente. La liberté d'expression ? Inexistante. La censure ? Omniprésente. Voilà une idée du paysage médiatique tunisien sous Ben Ali. 

Lire la suite...

L'Open Data : entre illusion et réalité d'un État transparent

Frédéric Leclerc-Imhoff et Mathieu Lehot

L'Open Data : entre illusion et réalité d'un État transparent

  Les pouvoirs publics affirment jouer le jeu de l'Open Data en libérant sur Internet les données stockées sur leurs ordinateurs. Mais on est encore loin de l'idéal de transparence ainsi affiché.

Lire la suite...

Les médias français aveuglés par l'Obamania ?

Jérémy Jeantet

Les médias français aveuglés par l'Obamania ?

  Cinq ans après son arrivée au pouvoir, Barack Obama continue de susciter l’enthousiasme, voire l’adoration en France, alors que son bilan est rarement discuté. Un paradoxe qui pose la question du traitement dont il fait l’objet dans nos médias.

Lire la suite...

LOL (L’information Ou L'humour)

Ambroise Ducher et Marion Lizé

LOL (L’information Ou L'humour)

    Le succès croissant des humoristes dans l'espace informatif donne à la satire une place prédominante dans les médias. Ce phénomène pose la question de la limite entre information et humour. Et interroge aussi sur le glissement de certains journalistes vers la satire. Décryptage d'une tendance en hausse.

Lire la suite...

Quand le grand reportage fait des bulles…

Cyril Champ et Anthony Rivat

Quand le grand reportage fait des bulles…

  Le grand reportage semble avoir trouvé un nouveau support. Plus court, plus pédagogique et accessible, la bande dessinée séduit journalistes et éditeurs. Sans être une innovation, de grands noms du "neuvième art" s’aventurent à lui inventer de nouvelles formes.

Lire la suite...

France : presse(que) libre ?

Géraldine Robin et Morgane Thimel

France : presse(que) libre ?

  Egalité, fraternité... liberté ? Concernant la presse en France, c'est la chute libre. Du moins, c'est ce que laisse penser le classement annuel établi par Reporters Sans Frontières

Lire la suite...

Archives