Edito

Pour cette 5e édition de la Fabrique de l’Info, nous, les étudiants en master 2 de l’Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine, nous sommes emparés des problèmes de la censure, l’autocensure et la manipulation, vaste sujet au menu de la 3e édition des Tribunes de la Presse. Du 17 au 19 octobre, elle se déroulait à l’IJBA et au TNBA de Bordeaux. La manifestation était organisée par le Courrier International, au moment où sa rédaction était en grève pour protester contre un plan de licenciements initié par la direction. Malgré les difficultés internes, ses journalistes étaient présents pour animer ces débats, ateliers...

Lire la suite...

Droit à l'information en Iran : entre espoir et désillusion

 

 

3 août 2013. Le guide suprême d'Iran approuve l'élection du nouveau président de la République islamique, Hassan Rohani. Le religieux modéré succède ainsi au très controversé Mahmoud Ahmadinejad, qui a fait de l'Iran une des premières prison au monde pour les journalistes.

Pour beaucoup d'Iraniens, le nouveau pouvoir ira dans le sens d'une liberté de la presse retrouvée dans le pays.

 

Comme son prédécesseur, Hassan Rohani a le sourire facile. Le mardi 24 septembre 2013, il est assis dans un studio à New York, face à la journaliste de CNN Christiane Amanpour. Il s’apprêtait à fêter dix jours plus tard, les deux premiers mois de sa présidence. "Mes efforts sont destinés à ce que mon peuple puisse avoir confortablement accès à l'information globale, comme il en a le droit", a-t-il déclaré au cours de l'entretien. Une déclaration forte venant du nouveau chef d’État d'un des pays où la censure sévit le plus au monde.

Revenons quatre ans auparavant. Le 13 juin 2009, Mahmoud Ahmadinejad se déclare grand vainqueur de l’élection présidentielle et se dit prêt à entamer son second mandat. C'était sans compter sur de nombreuses manifestations organisées dans les rues de Téhéran pour dénoncer ce que ses participants considéraient être une fraude électorale massive. Les partisans d'Ahmadinejad et ceux du candidat de l'opposition, Hossein Mousavi se font face pendant près de six mois, entraînant une répression violente et de nombreux morts.

Mais les violences ont lieu à l'abri des regards du monde. Car dès le début de l'insurrection, les journalistes internationaux sont écartés du pays par les autorités iraniennes. "Des bureaux d'agences de presse ont été fermés et des journalistes arrêtés, se souvient le dessinateur de presse Kianoush, présent au moment de la contestation.  Les reporters étrangers se sont quant à eux vus refuser des visas pour entrer en Iran".

C'est après les premières diffusions sur le web d'images et de vidéos prises par les manifestants que la censure a véritablement pris forme. "Avant ce mouvement, le gouvernement d'Ahmadinejad sous-estimait le pouvoir des smartphones et d'internet. Cela s'est retourné contre lui", explique Kianoush. "Quand il a pris la mesure du phénomène, les fournisseurs d'accès internet, quasiment tous affiliés au pouvoir, ont coupé le web". Sans oublier les forces de sécurité installées dans les rédactions encore ouvertes pour observer les journalistes au travail. "Tout ce qui ne leur plaisait pas était censuré", déclare Reza Moini, responsable de l'Iran pour Reporters sans Frontières.

Journalistes et blogueurs sont alors nombreux à s'exiler, quand ils ne sont pas arrêtés avant. "La répression envers les acteurs de l'information a été sans précédent, pire qu'après la révolution de 1979", continue Reza Moini. "Près de 300 journalistes et blogueurs ont été arrêtés et condamnés à des peines allant de 1 à 20 ans". Certains d'entre eux, comme le journaliste Ahmad Zeydabadi ont même été interdits d'écrire, à vie.

Le mouvement terminé, la cyber armée dirigée par les gardiens de la révolution est devenue plus importante. Composée des meilleurs informaticiens d'Iran, elle s'occupe de ficher les 25 200 000 internautes du pays et d'identifier ceux qui n'acceptent pas la censure. Quand elle ne bloque pas carrément l'accès au Net. "Quand le contournement des blocages est devenu facile, l'autre moyen utilisé par la cyber armée a été le ralentissement de la borne passante", déclare Maxime Pinard, directeur du site Cyberstrategia. Ainsi, comme le constate RSF, la vitesse de la borne passante est alors devenue un indicateur de la situation politique et du degré de surveillance par les autorités iraniennes.

Mais au quotidien, les Iraniens n'ont pas peur de critiquer vertement le gouvernement. Blogueuse exilée en Allemagne depuis 2007, Farnaz Seifi a quitté son pays lors du premier mandat d'Ahmadinejad. "Les Iraniens ne se sont jamais tus, explique-t-elle. Dans les cafés, les commerces, tout le monde a toujours critiqué l'ancien président. Le véritable tabou, ce n'était pas lui, mais le guide suprême, l'ayatollah Ali Khomenei".

 

Un compte Twitter symbole d'un nouveau style

Peu de chance a priori pour que le nouveau président Hassan Rohani change cette donne. Religieux modéré, il a été élu sur ses promesses de faire lever les sanctions économiques du pays, mais aussi sur des déclarations laissant espérer davantage de libertés sociales et un renforcement du droit à l'information. Quelques jours après son entretien pour CNN, Hassan Rohani a eu une conversation téléphonique historique avec le président américain, Barack Obama. Hassan Rohani s'est alors empressé de relayer l'information via le compte Twitter qu'il a ouvert peu après sa prise de fonction. Mais la population iranienne et les journalistes n'ont eux toujours pas officiellement accès aux réseaux sociaux. Paradoxe que Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, n'a pas manqué de souligner au nouveau président.

 

Le 1er octobre 2013, le fondateur de Twitter Jack Dorsey a interpellé Hassan Rohani sur l'interdiction du peuple iranien à avoir accès à son site de micro-blogging.

Traduction:

Jack Dorsey: - Bonsoir, M. Le Président. Est-ce que les citoyens d'Iran ont la possibilité de lire vos tweets ?

Hassan Rohani: - Bonsoir, @Jack, comme je l'ai dit à @camanpour (Christiane Amanpour, journaliste à CNN, NDLR.), mes efforts sont destinés à ce que mon peuple puisse avoir confortablement accès à l'information globale, comme il en a le droit.

Jack Dorsey: - Merci. Faîtes nous savoir comment nous pouvons vous aider à mettre cela en oeuvre.

 

"Avec Twitter, Hassan Rohani ne fait pas les choses n'importe comment, explique Maxime Pinard, directeur de Cyberstrategia. Il a une équipe de communicants solide derrière lui et surtout, il tweet en anglais : ses messages sont donc avant tout destinés à se racheter une image auprès de la communauté internationale".

Pour la blogueuse Farnaz Seifi, cette ouverture reste un bon signe : "même si cela n'est fait que pour amadouer les étrangers, cela commence à avoir des répercussions positives sur le peuple iranien". La preuve en serait la libération en grande pompe en septembre dernier de plusieurs journalistes emprisonnés pendant le contestation de juin 2009. Le début d'un printemps perse ? Pas si sûr.

Depuis le début du mois d'octobre 2013, les médias sont réduits au silence et se voient refuser le traitement médiatique de protestions dans la province d'Homozgan, au Sud de l'Iran.

"À RSF, nous essayons de mettre la lumière sur ce qui ce passe dans cette province, où les médias iraniens et internationaux ne relaient pas l'information, par peur de représailles, explique Reza Moini, responsable du bureau iranien. La décision d'Hassan Rohani de séparer cette province a conduit a des manifestations puis à des arrestations de citoyens et de journalistes".

Difficile donc de cerner les réelles motivations d'Hassan Rohani en matière de liberté de la presse.

Presse et pouvoirs

Juppé - Feltesse : l'illusion d'un duel médiatique

Maxime Fayolle et Damien Renoulet

Juppé - Feltesse : l'illusion d'un duel médiatique

  Dans cinq mois, Alain Juppé tentera de briguer un quatrième mandat consécutif à Bordeaux. Face à lui, le président de la Communauté Urbaine de Bordeaux, Vincent Feltesse, fait figure d'unique opposant dans les médias locaux. Surfant sur une vague ascendante et sondages ultra-favorables, Juppé est un insubmersible laissant présager une élection jouée d’avance. Alors, Juppé forcément ?

Lire la suite...

L’affaire Mediator : le serment hypocrite du journalisme santé

Marine Ditta, Mélanie Lelion, Alice Pozycki et Jenny Stenton

L’affaire Mediator : le serment hypocrite du journalisme santé

  En 2010, le scandale du Mediator éclate. Les journalistes épinglent les instances publiques et le laboratoire Servier. En presse écrite, dans les radios et télévisions, des journalistes santé traitent au quotidien des sujets médicaux. Pourtant, eux n’ont rien vu venir. Nous nous sommes posées la question : pourquoi?

Lire la suite...

Roi d'Espagne : la fin d'un tabou médiatique ?

Andde Irosbehere

Roi d'Espagne : la fin d'un tabou médiatique ?

     "Pas touche à la famille royale" : durant des années, les médias espagnols ont appliqué cette règle implicite relevant quasiment de l’autocensure. Aujourd’hui, le silence médiatique qui entourait la monarchie semble enfin se briser. Décryptage.

Lire la suite...

Au Maroc, une presse libre mise entre quatre murs

H. R.

Au Maroc, une presse libre mise entre quatre murs

  L'affaire Ali Anouzla secoue actuellement le Maroc, son Palais Royal, sa presse. Une presse muselée, au point qu'un journaliste se voie privé de sa liberté de parole, de sa liberté tout court. Le directeur de Lakome.com dérangeait. Il a été emprisonné, pour des raisons qui font débat.

Lire la suite...

Communication au Vatican : la voix et la manière

Ludovic Ferro et Léa Gasquet

Communication au Vatican : la voix et la manière

  Le 13 mars 2013, le monde catholique découvrait le visage de son nouveau pape, François. 7 mois et 172 tweets plus tard, les réformes se poursuivent au sein de l’Eglise, le ton est nouveau et la communication, directe. Décryptage.

Lire la suite...

Football et journalisme : les liaisons dangereuses

Ludovic Ferro et Nicolas Bach

Football et journalisme : les liaisons dangereuses

  Avènement des attachés de presse, discours uniformisés, starification et sommes colossales pour les droits télés. Les relations entre les acteurs du monde du football et ceux qui le couvrent se complexifient.

Lire la suite...

Guerre au Mali : l'information sous pression

Yoann Boffo et Jean-Yves Paillé

Guerre au Mali : l'information sous pression

  Informer sur un conflit est difficile. Lorsque l'armée engagée et les journalistes partagent la même nationalité, les obstacles se multiplient. Pressions, autocensure : le conflit malien est un cas d'école.

Lire la suite...

Journalistes tout-terrain

Couvrir la guerre en Syrie : le dilemme des rédactions

Amandine Sanial

Couvrir la guerre en Syrie : le dilemme des rédactions

  Envoyés spéciaux ou freelance, les journalistes risquent tous leur vie en Syrie. Derrière, ce sont les rédactions que l'on fustige.

Lire la suite...

Précaires Sans Frontières

Antony Milanesi et Malik Teffahi-Richard

Précaires Sans Frontières

      Près de 90 journalistes se sont exilés cette année dans le monde, mais seule une poignée parviendra à retrouver un poste dans une rédaction. Souvent perçu comme une libération, l’exil n’est en fait que le début d’un long parcours du combattant. Portraits.

Lire la suite...

Le journalisme embarqué: une histoire de point de vue?

Charles Voissier et Christina Chiron

Le journalisme embarqué: une histoire de point de vue?

   La guerre menée par l'armée française au Mali en janvier 2013 a été largement couverte par des journalistes embedded. Embarqués par des troupes armées, cette méthode suscite la controverse. Des reporters l'ayant vécu témoignent de ses limites et contraintes. Décryptage.

Lire la suite...

Droit à l'information en Iran : entre espoir et désillusion

Cyrielle Bedu

Droit à l'information en Iran : entre espoir et désillusion

    3 août 2013. Le guide suprême d'Iran approuve l'élection du nouveau président de la République islamique, Hassan Rohani. Le religieux modéré succède ainsi au très controversé Mahmoud Ahmadinejad, qui a fait de l'Iran une des premières prison au monde pour les journalistes.

Lire la suite...

Les défis du journalisme

Journaliste tunisien : l'heure de tourner la page

Florence Giroux et Xavier Martinage

Journaliste tunisien : l'heure de tourner la page

  La critique ? Absente. La liberté d'expression ? Inexistante. La censure ? Omniprésente. Voilà une idée du paysage médiatique tunisien sous Ben Ali. 

Lire la suite...

L'Open Data : entre illusion et réalité d'un État transparent

Frédéric Leclerc-Imhoff et Mathieu Lehot

L'Open Data : entre illusion et réalité d'un État transparent

  Les pouvoirs publics affirment jouer le jeu de l'Open Data en libérant sur Internet les données stockées sur leurs ordinateurs. Mais on est encore loin de l'idéal de transparence ainsi affiché.

Lire la suite...

Les médias français aveuglés par l'Obamania ?

Jérémy Jeantet

Les médias français aveuglés par l'Obamania ?

  Cinq ans après son arrivée au pouvoir, Barack Obama continue de susciter l’enthousiasme, voire l’adoration en France, alors que son bilan est rarement discuté. Un paradoxe qui pose la question du traitement dont il fait l’objet dans nos médias.

Lire la suite...

LOL (L’information Ou L'humour)

Ambroise Ducher et Marion Lizé

LOL (L’information Ou L'humour)

    Le succès croissant des humoristes dans l'espace informatif donne à la satire une place prédominante dans les médias. Ce phénomène pose la question de la limite entre information et humour. Et interroge aussi sur le glissement de certains journalistes vers la satire. Décryptage d'une tendance en hausse.

Lire la suite...

Quand le grand reportage fait des bulles…

Cyril Champ et Anthony Rivat

Quand le grand reportage fait des bulles…

  Le grand reportage semble avoir trouvé un nouveau support. Plus court, plus pédagogique et accessible, la bande dessinée séduit journalistes et éditeurs. Sans être une innovation, de grands noms du "neuvième art" s’aventurent à lui inventer de nouvelles formes.

Lire la suite...

France : presse(que) libre ?

Géraldine Robin et Morgane Thimel

France : presse(que) libre ?

  Egalité, fraternité... liberté ? Concernant la presse en France, c'est la chute libre. Du moins, c'est ce que laisse penser le classement annuel établi par Reporters Sans Frontières

Lire la suite...

Archives